La section européenne anglais, ouverte à la rentrée 1996 en seconde, accueille des élèves motivés, souhaitant acquérir des compétences en langue vivante anglaise, approfondir leurs connaissances et renforcer leur capacité à vivre l'Europe. Cette section est accessible aux élèves de 1ère et terminale séries ES, L et S.
A chaque niveau, l'élève bénéficie de 4 heures d'enseignement d'anglais au cours desquelles, en plus du programme officiel, il étudie une oeuvre complète non simplifiée (roman, nouvelle, film).


Le fonctionnement de la section européenne Anglais

Vous êtes nombreux à vous demander "mais pourquoi le Danemark ? Pourquoi pas l'Angleterre ?" La réponse est simple : Metz se trouve très au nord de que nos amis britaniques appellent la "ceinture de l'olivier", à savoir nos régions françaises méridionales… intéressantes en d'autres termes !
Grâce à la cellule Relations Intenationales, nous avons dans un permier temps (de 1997 à 2001) organisé un partenariat très frutueux avec le HTX, lycée technique de Hillerod à 40 kilomètres au nord de Copenhague. Son voisin, le lycée classique Frederiksburg Gymanasium, a pris le relais depuis 2001 à la satisfaction de tous. Les enfants danois regardent leurs feuilletons TV préférés en version originale, donc n'en doutez pas une seconde : l'anglais parlé par un danois est un modèle linguistique parfaitement en adéquation avec les exigences du baccalauréat français.

La section européenne anglais, ouverte à la rentrée 1996 en seconde, accueille des élèves motivés, souhaitant acquérir des compétences en langue vivante anglaise, approfondir leurs connaissances et renforcer leur capacité à vivre l'Europe. Cette section est accessible aussi aux élèves de 1ère et terminale séries ES, L et S.
A chaque niveau, l'élève bénéficie de 4 heures d'enseignement d'anglais au cours desquelles, en plus du programme officiel, il étudie une oeuvre complète non simplifiée (roman, nouvelle, film).

La DNL (Discipline Non Linguistique) est l'histoire géographie, enseignée partiellement en anglais à raison d'une heure par semaine. Dès la seconde, le professeur a pour objectif l'acquisition d'un certain nombre d'outils techniques et de méthodes pour pérparer au commentaire de document qui constitue l'essentiel de l'épreuve spécifique en section européenne, ainsi que l'acquisition d'un vocabulaire spécifique à l'histoire géographie.
A tous les niveaux, le programme DNL s'articule sur le programme officiel en histoire géographie, conformément aux instructions officielles.

Sur le cycle de 3 ans, les familles s'engagent à des frais occasionnés par les voyages : visites de quelques jours en Grande Bretagne en classe de seconde ; accueil des danois et séjour au Danemark en classe de première.

Le suivi de nos anciens élèves issus des classes européennes nous prouve qu'ils réussissent sans difficulté dans les études supérieures qu'ils entreprennent, qu'elles soient techniques, universitaires, scientifiques ou littéraires.

A votre tour, engagez vous à nos côtés sur la voie du succès !
Les Professeurs de la section.

Admission

L'admission dans la section se fait sur dossier :
  • Fiche de candidature.
  • Lettre de motivation de l'élève.
  • Bulletins de la classe de troisième.

Les modalités d'obtention de la mention européenne au baccalauréat sont identiques à celles des autres sections européennes, à savoir au minimum 12/20 à l'épreuve écrite LV1 et 10/20 à l'épreuve spécifique de DNL. Cette seconde épreuve dure 20 minutes, pendant lesquelles 10 sont consacrées à l'histoire Géographie, et 10 sont consacrées à la présentation par l'élève de ses dossiers faisant suite à ses deux voyages.

L'expérience des élèves de la section euro anglais

Hello ! We are the present Terminale Euro English class at Lycée Robert Schuman the sixth generation to take the special Euro baccalauréat exam.
First we'd like to tell you about the advantages and disadvantages of being in this special class. In our school pupils who are good at languages and who want to improve their English have the possibility to join the "Euro-section".
This means that during three years they have three extra periods per week compared to other pupils : two periods in Euro English and one period in English History.
Moreover two trips to English-speaking countries are organised in order that we should become familiar with the English way of life.

However, the main aim of the "Euro-course" is to give us the "European distinction" on our final school report. This can be important for our further studies. But we shouldn't forget that we must work hard in order to get this distinction.
We need a minimum of 14 points out of 20 at the written school-leaving examination as well as a minimum of 10 out of 20 at the oral history test.
Nevertheless, really keen and motivated students should join this class.
Julien adds : according to the ex-pupils the special distinction can help us find a job related to the English language and those jobs are getting more and more numerous.

We, Aline, Julie, Véronique, Virginie, the literary stream students, want to comment upon studying history and geography in English : in our opinion this is much more fruitful than studying mathematics (for instance) in a foreign language, in so far as these are subjects in which a lot of varied vocabulary is used.
Consequently it gives us the opportunity to enrich our knowledge in both the historical and the linguistic fields. Indeed in 2nde and 1ère, we mainly focus on British history, which turns out to be very interesting since it's a theme that is not part of the regular history syllabus.
In Terminale we study some of the same notions as the ones we are taught in our history classes : thus it helps us to keep our lessons in mind for the A-level.
As far as studying unabridged selected works is concerned, we enjoy it very much, seeing that we consider it as a "bonus" for language-lovers : it's a very pleasant way of improving one's English.

I, Julie, think that an important part of a country's culture is in its literature, then it enables us to know the English culture better. And obviously we can practise our English when we speak about the story or when we analyse the book. It's one thing to study Daz 4 Zoe by Robert Swindell, The Picture of Dorian Gray by Oscar Wilde, Romeo and Juliet by Shakespeare, it's another to go on trips abroad.

When we went to London in Seconde, we had known each other for a few months only and this five-day journey brought us closer.
I, Loredana, mean that it was different from the school's frame of mind so we were more "free" in a way and we really had fun all together (even the teachers!).
Then last year the trip to Denmark was as enriching as the first one, be it from a cultural point of view or from that of relationship. Even though there were new people in the class, the atmosphere was still very good. Moreover, I think that it's important when you study a language to discover the traditions of the country and its culture. It makes education less theoretical. Besides, according to me, exchanges are also really interesting. They make us see the "real life" in foreign countries and it is also very funny sometimes.
In conclusion I would say that trips and exchanges are necessary : they enable people to open their minds, to be tolerant and even altruistic.During these two weeks I had the opportunity to discover many things, to experiment a new way of life (the Danes') and all this without feeling huge barriers between my pen-friend and myself (Chloé), thanks to English.
We learnt a lot about each other through these experiences, which put us in frightening situations being in a foreign country at our pen-friend's home, and knowing that the only way to communicate is to speak English!
It was really worthwhile and I realised how useful English is and how much it helps us in many situations. Being in a foreign family with a youth our age enables us to be more self-confident and therefore to speak more easily. Furthermore, the student is more interested in the young foreigner's life so he asks him more questions (Christelle).
Trips are less interesting than exchanges insofar as we don't have any pen-friends and we don't have enough time to talk to our hosts. But anyway trips are funny because we have a lot of time to go shopping ! Even if we miss a week of school, we don't really miss it because there are so many things to learn during a trip or an exchange that we don't have the feeling that we have wasted our time at all.
Everyone of us insists on the special atmosphere in our class : as we were all together during both trips, it created very strong links between us. We lived together and thus discovered who we really were. In class this has created a good atmosphere and it has helped us to form a real group, which I, Caroline, think is better in order to debate and work.

In conclusion, it's hard work indeed, but we chose it, it's an opening to the world and it's fun, so don't hesitate, join us, be the next Euro-generation at Schuman !

Le Danemark

Brève histoire du Danemark

Les premières traces de l'homme apparaissent au Danemark vers le XIIe millénaire av. J.-C., alors que l'inlandsis amorce son retrait. Tous les âges de la préhistoire - de la pierre éclatée au fer - s'y succèdent, le plus brillant étant l'âge du bronze. Il en reste des vestiges divers, parmi lesquels le chaudron de Gundestrup, belle oeuvre d'art celte du IIe siècle av. J.-C., et les hommes des tourbières, conservés momifiés, et qui sont probablement les victimes de sacrifices offerts au cours d'un rite de fécondité, au début de notre ère.

Le Danemark Médiéval

Les Danois viennent sans doute de la Scanie (province suédoise située en face de Copenhague). Vers 500 apr. J.-C., ils chassent les peuples germaniques (Cimbres, Jutes, Angles) des îles et de la presqu'île du Jutland. Leur histoire reste toutefois obscure jusqu'à l'avènement du roi Godfred (mort en 810), qui accueille le chef saxon Widukind et arrête les armées de Charlemagne avant qu'un de ses successeurs, en 811, ne convienne avec l'empereur de fixer leur frontière commune au petit fleuve de l'Eider.
Une première tentative de christianisation menée par Saint Anschaire sous l'égide de Louis le Pieux, en 826, reste infructueuse. Les Danois, païens, participent avec les Norvégiens à la grande aventure des Vikings en Occident (IXe -XIe s.), s'intéressant particulièrement aux rivages de la mer du Nord et de la Manche, et imposant un tribut (danegeld) au roi des Francs et au roi d'Angleterre.

La structure tribale du peuple danois évolue peu à peu. Gorm (mort en 926) et Harald à la Dent Bleue (936/986), qui se fait baptiser en 960 et impose définitivement le christianisme, unifient le pays.
Une excellente organisation militaire rend possible l'expansion en direction de la Norvège, du Holstein (Allemagne), de l'Angleterre (conquise par Sven Ier à la Barbe Fourchue en 1013) ; elle culmine sous Knud le Grand (mort en 1035), qui conquiert en outre une partie de la Suède. Mais, à sa mort, le pays sombre dans les guerres civiles et une terrible famine sévit.
Cette période troublée prend fin avec l'avènement de Valdemar Ier (1157/1182), qui instaure une monarchie héréditaire rivalisant avec les autres royaumes d'Occident.

Au XIIIe siècle, les Danois, installés sur la rive méridionale de la Baltique (Poméranie , Mecklembourg ) et jusqu'en Estonie (construction du fort de Tallinn), se trouvent fréquemment en conflit avec les Allemands : soit avec l'empereur lui-même à cause du duché de Holstein, fief d'empire, soit avec les villes de la Hanse qui sont devenues leurs rivales commerciales.
Après la défaite du roi devant l'Allemagne (1227), les nobles, alliés à l'église, obligent Valdemar II (1202/1241) à instaurer une royauté élective, et imposent en 1282 à Eric V Klipping (1259/1286) le respect d'une charte qui limite ses prérogatives et prévoit la convocation annuelle d'un parlement.
La politique offensive de Valdemar IV (1340/1375), destinée à briser le monopole commercial de la Hanse, aboutit à la conquête de l'île de Gotland sur les Suédois ; mais elle provoque l'alliance du roi de Suède et des Hanséates, qui dictent aux Danois la paix de Stralsund (1370).
La fille de Valdemar IV, Marguerite Ire, réussit néanmoins à réunir les trois royaumes du Nord (Norvège, Danemark, Suède) sous une même couronne (Union de Kalmar , 1397).

La rivalité entre Danemark et Suède

Souvent dissoute, puis reconstituée tout au long du XVe siècle, cette union se révèle précaire. Elu en 1513, Christian II veut la rétablir dans toute sa force, principalement à l'encontre des Suédois.
Il organise le massacre de ses adversaires (auxquels il avait promis la vie sauve) en 1520 (bain de sang de Stockholm ), ce qui entraîne un soulèvement national suédois sous la conduite de Gustave Vasa.
Christian II aurait voulu mener une grande politique, s'appuyer sur les Hollandais contre les Hanséates, réduire la puissance de la noblesse et de l'église. Mais il échoue et se voit chassé de son royaume en 1523.
Avec Christian III (1534/1559), son successeur, le luthéranisme devient religion officielle au Danemark (1536).

En même temps qu'un réel épanouissement intellectuel (avec, entre autres, l'astronome Tycho Brahé), le Danemark connaît une période mouvementée sous le règne de Christian IV (1588/1647).
Les guerres menées contre la Suède (1611-1613), contre l'empire (période danoise de la guerre de Trente Ans, de 1625 à 1629), puis, de nouveau contre la Suède alliée des Pays-Bas (1643-1645), se soldent par des échecs et préludent à l'abandon définitif des possessions sises au-delà du Sund, en 1660.
Mais les menaces qui se précisent sur le Danemark (le royaume étant envahi à deux reprises par les Suédois, en 1658 et 1659) déterminent la bourgeoisie et le clergé à demander le renforcement de la monarchie.
La royauté héréditaire est rétablie, la charte abolie et une loi royale, promulguée en 1665, met pratiquement en place un régime absolutiste.

Du Despotisme éclairé à la Monarchie démocratique

Malgré sa défaite devant le roi de Suède, le Danemark parvient à ne pas trop souffrir de la guerre du Nord (1700-1720). Les souverains danois instaurent alors un régime de despotisme éclairé.
Passionnés de belles constructions (Christianborg, Amalienborg), ils encouragent le commerce (Compagnie des Indes Orientales) et l'industrie (manufactures). L'abolition du servage, la liberté de la presse et la liberté religieuse comptent ainsi parmi les grandes réformes de la fin du XVIIIe siècle.
Impliqué dans les coalitions napoléoniennes, le Danemark doit subir deux attaques navales des Anglais (1801, 1807), qui anéantissent sa flotte de guerre.
Son alliance avec Napoléon Ier lui vaut de perdre la Norvège, rattachée à la Suède lors du congrès de Vienne (1814).

Cinquante ans plus tard, le Danemark doit céder à la Prusse les duchés du Schleswig, du Holstein et du Lauenburg, possessions personnelles du roi de Danemark que celui-ci voulait intégrer au royaume, après la courte guerre des Duchés (1864 ). Une partie du Schleswig sera récupérée après référendum en 1920.
Mais au XIXe siècle, et plus encore au XXe, le Danemark est surtout engagé dans une profonde transformation interne. Transformation de l'économie d'abord, par les défrichements, le développement spéculatif de l'élevage, les débuts du mouvement coopératif (1882), le démarrage de l'industrialisation et la création de deux grandes confédérations, l'une ouvrière, l'autre patronale, qui signent en 1899 un compromis qui durera jusqu'en 1960.
Transformation politique ensuite, inaugurée en 1849 avec l'institution de deux Chambres élues, et parachevée en 1953 avec la nouvelle Constitution, qui n'en conserve qu'une, le Folketing, émanation du suffrage universel (les femmes votent à partir de 1915).
Transformation sociale et morale, enfin, sous l'impulsion, à partir de 1924, de gouvernements sociaux-démocrates qui instituent peu à peu l'Etat providence.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le Danemark est occupé par les Allemands dès le 8 avril 1940. Le roi Christian X (1912/1947) et le gouvernement, restés en place, encouragent progressivement la résistance à l'occupant. La population prend position de plus en plus vigoureusement à partir de 1943 (grèves, évacuation clandestine des juifs vers la Suède), mais le pays n'est libéré que le 4 mai 1945.

Le Danemark Moderne

A la suite de l'occupation allemande et devant l'échec de l'Union scandinave en 1948, le Danemark abandonne sa neutralité traditionnelle et adhère en 1949 à l'OTAN, au sein de laquelle sa position stratégique lui assure un poids relatif compensant la perte de l'Islande, qui avait proclamé son indépendance en 1944.
Sur le plan intérieur, le roi Frederik IX succède à Christian X en 1947. Le parti social-démocrate, largement majoritaire au départ, mais en érosion continue, exerce le pouvoir jusqu'en 1968, et préside à la remarquable modernisation de l'agriculture et de l'industrie, ainsi qu'à la réforme constitutionnelle de 1953, qui met en place le monocamérisme en supprimant le Landsting (Sénat).
Vingt ans de social-démocratie instaurent un Etat-providence très poussé et très égalitaire, qui correspond aux voeux de la population. Très dépendant de son commerce extérieur, surtout par rapport au Royaume-Uni, son principal partenaire, le Danemark adhère en 1959 à l'AELE (Association européenne de libre-échange) et en 1973 à la CEE (plus par réalisme que par conviction). Marguerite II succède à son père Frederik IX en 1972.

Les années 1970 sont marquées par une grande instabilité politique, avec de fréquentes alternances entre sociaux-démocrates et conservateurs-libéraux. Leur commune impuissance politique au sein de gouvernements minoritaires au Folketing ne leur permet pas de répondre à l'essoufflement du système social danois, et moins encore aux conséquences de la crise mondiale de 1974, qui frappe le pays de plein fouet.
En 1978, l'autonomie interne est accordée au Groenland.

L'alternance véritable se produit en 1982, avec l'arrivée au pouvoir de Poul Schlüter, qui met en place une politique d'austérité. Il doit cependant céder aux pressions de l'opposition pacifiste (écologistes et sociaux-démocrates) qui, en 1983, proteste contre l'installation de missiles américains sur le territoire européen.
En 1985, le Groenland sort de la CEE et, l'année suivante, les Danois n'approuvent qu'à 56 % le référendum sur l'Acte unique européen. Cette réticence se confirme en 1992 avec le "non" au traité de Maastricht, qui met en lumière les appréhensions danoises face à l'intégration européenne (refus d'une politique de sécurité commune) et face à l'Allemagne réunifiée.
L'année suivante, le traité, amendé de ses points litigieux, est finalement approuvé. Ce refus initial doit cependant être interprété comme témoignant de l'inquiétude d'un pays scandinave, jusqu'alors isolé au sein de l'Union européenne, et certainement plus rassuré du fait de l'adhésion de la Suède et de la Finlande en 1995.
A la suite du scandale du Tamoulgate, Poul Schlüter démissionne en 1993 ; il est remplacé par le social-démocrate Poul Rasmussen, reconduit lors des élections législatives de 1994, puis de mars 1998. En mai, le Parlement a ratifié le traité d'Amsterdam, mais a refusé d'entrer dans la monnaie unique.

Données brutes

  • Superficie : 43 093 km2
  • Population : 5 300 000 habitants
  • Densité : 123 habitants/km2
  • Capitale : Copenhague (464 773 habitants , agglomération de 1 326 000 habitants)
  • Nom officiel : Royaume du Danemark
  • Régime politique : monarchie constitutionnelle (le pouvoir législatif est exercé par le parlement, appelé Folketing)
  • Adhésions : UE, OTAN, ONU, OSCE, OCDE, Etat associé à l'UEO
  • Nom des habitants : Danois
  • Langue officielle : danois
  • Religions : protestants (90 %), catholiques (6 %)
  • Monnaie : couronne danoise
  • Population urbaine : 85,3 %
  • Population active : 56,6 % (secteur primaire 5,6 %, secondaire 27,5 %, tertiaire 66,9 %)
  • PNB/hab. : 32 100 $ US
  • Consommation d'énergie par habitant : 6 669 kWh
  • Utilisation des terres : terres cultivées 59,4 %, prés et pâturages 4,9 %, bois et forêts 11,4 %
  • Valeur totale des importations/des exportations : 42 232/47 753 millions de $ US
  • Principales exportations : produits industriels 23 %, produits chimiques 10 %, agroalimentaire 7 %, textile 5 %, meubles 4 %
  • Espérance de vie : 73 (hommes), 78 (femmes)
  • Nombre de lits d'hôpital : 28 072
  • Nombre d'habitants/voiture : 2,5
  • Titres de la presse quotidienne : 47



Des élèves témoignent

« J'apprécie la pratique de l'anglais à l'oral. On progresse rapidement.
La DNL nous permet d'approfondir en anglais ce que l'on fait en cours d'histoire-géo.
Le voyage au Danemark a été une expérience très particulière, car c'est un pays de l'Union européenne encore mal connu par les français. »
Claire, Terminale S

« Parler couramment anglais me motive particulièrement, étant donné la place de cette langue dans les échanges internationaux. La note de DNL peut permettre de décrocher une mention au baccalauréat. »
Marina, Terminale S